Enneiger les glaciers pour les protéger

Chaque été, plusieurs millions de tonnes de glace disparaissent sur le glacier Morteratsch. Plus le manteau neigeux sur le glacier est mince, plus la glace fond rapidement, car la neige réfléchit très fortement la lumière solaire. Il suffirait que la couche de neige sur le glacier soit suffisamment épaisse durant toute la saison chaude pour stopper la fonte des glaces. C’est la conclusion à laquelle le glaciologue Johannes Oerlemans parvient au terme de ses calculs.

Projet d'innovation pour l'enneigement indépendant du sol sur les glaciers

Le projet soutenu par Innosuisse vise l’enneigement technique du glacier Morteratsch au moyen d’un réseau complexe de câbles métalliques tendus au-dessus du glacier et pourvus de têtes d’enneigement. Pour produire de la neige, on utilise de l’eau de fonte. L’énergie nécessaire pour comprimer l’air est fournie par la pression de l’eau d’un glacier voisin ; au demeurant également un ancien projet de la CTI.


«L'idée m'est venue en pêchant»

Felix Keller, glaciologue (docteur en sciences naturelles)
Centre de glaciologie appliquée de la Haute école des Grisons et Academia Engiadina


29 août 2015 : à l’occasion d’un repas de midi avec le CEO de l’Academia Engiadina, nous avons évoqué la situation désolante
des glaciers. « Nous devons pouvoir stopper la fonte des glaces du glacier Morteratsch », a déclaré Matthias Steiger à la lecture
des nouvelles étonnantes au sujet du glacier de la Diavolezza : protégée par des bâches durant l’été, la couche de glace a épaissi de dix à quinze mètres. J’objectais que pareil projet était impossible au Morteratsch, vu que le glacier est beaucoup plus grand. Mais c’est un argument que Matthias ne voulait pas entendre. Il voulait des actions concrètes.

30 août 2015 : aujourd’hui, je suis allé pêcher près de l’aérodrome de Samedan. L’Inn est en crue, bien qu’il n’ait plus plu depuis longtemps. La chaleur fait fondre les glaciers. Tandis que j’attendais qu’un poisson morde à l’hameçon, je me disais que nos enfants ne nous demanderont pas si nous avons remarqué la fonte des glaciers, mais plutôt ce que nous avons fait. Pourquoi ne conserverait-on pas l’eau de fonte là-haut en été, pour produire à nouveau de la glace quand la température baisserait ? Plus j’y pensais et plus l’idée du recyclage de l’eau de fonte me plaisait.

12 septembre 2015 : j’ai demandé conseil à mon ami le glaciologue Johannes Oerlemans. Nous tenons maintenant la solution pour stopper la fonte des glaces : protéger le glacier du rayonnement solaire en été avec de la neige artificielle. Ensuite, Matthias a insisté pour que je présente mon « idée de pêcheur » au conseil communal de Pontresina. La commune a décidé d’investir 17 000 francs dans une étude.

15 août 2017 : c’est désespérant ! Selon nos calculs, il faudrait produire chaque jour 30 000 tonnes de neige sur le glacier Morteratsch pour que la langue glaciaire croisse à nouveau. Pour y parvenir, il faudrait quelque 300 lances à neige. Comme le glacier bouge de près de 90 mètres par an, l’enneigement depuis le sol est impossible. J’étais déjà sur le point de jeter l’éponge. Mais aujourd’hui, le directeur technique des remontées mécaniques de Haute-Engadine m’a suggéré d’associer la technique des télécabines à celle de l’enneigement sous la forme d’un câble d’enneigement qui permettrait de s’affranchir du sol.

21 janvier 2018 : notre groupe de recherche s’est réuni pour la première fois la semaine dernière. En font partie la société
Bächler Top Track AG, qui produit de la neige sans électricité, et le spécialiste en téléphériques Bartholet Maschinenbau AG. Nous avons un moral d’acier et avons associé la Haute école de Lucerne, la Haute école technique interétatique de Buchs NTB et la Haute école spécialisée du nord-ouest de la Suisse FHNW à notre projet.

30 mai 2019 : avec le soutien de notre mentor, nous avons transmis un projet d’innovation à Innosuisse. L’aide que Daniel Portmann nous a apportée est incroyable. Il nous a posé des questions sans état d’âme et n’a pas hésité à marcher sur nos platebandes là où il le fallait. Cela a payé : notre demande a été acceptée !

Prototype de tête d'enneigement dans le cadre du projet d'innovation pour la fabrication de neige sur les glaciers
Lors des tests du prototype de tête d’enneigement sur le toit de la Haute école de Lucerne, on surveille le fonctionnement de chaque buse et analyse la qualité de la neige au sol.

17 janvier 2020 : la collaboration au sein de l’équipe est très agréable et le partage de connaissances enrichissant. Actuellement, nous testons un prototype de tête d’enneigement. L’objectif est de construire une installation de test de 600 mètres de long durant l’été 2020. Quand on pense que l’approvisionnement en eau de plus de 200 millions de personnes dans l’Himalaya dépend de l’eau de fonte des glaciers, il est primordial que nous atteignions notre but.

Dernière modification 14.05.2020

Début de la page

Felix Keller est le principal partenaire de recherche du projet d'innovation pour l'enneigement des glaciers

Contact

Felix Keller

Glaciologue (docteur en sciences naturelles), Centre de glaciologie appliquée de la Haute école des Grisons et Academia Engiadina

Daniel Portmann est un mentor d'innovation chez Innosuisse

« Je suis un faciliteur et un intermédiaire »

Daniel Portmann, mentor dans le domaine de l'innovation

« Claus Dangel, du spécialiste de l’enneigement Bächler Top Track AG, que je connais depuis longtemps, a sollicité mon aide pour le projet qu’il envisageait avec Felix Keller et Bartholet Maschinenbau. L’idée d’enneiger un glacier hors sol a immédiatement fasciné le passionné de sports d’hiver que je suis.

Avant de pouvoir soumettre un projet, plusieurs points doivent être clarifiés. Par exemple : quel genre d’équipe faut-il ? Dans le projet du glacier, il manquait un ou une spécialiste climatique. En tant que mentor d’innovation, je me vois comme un facilitateur et un intermédiaire.

Ce faisant, j’aide à structurer un projet pour qu’il soit couronné de succès. Lorsque tout est bien
agencé, j’interviens dans la soumission de la demande de projet, fournis des indications et m’occupe de la rédaction.

Le projet d’enneigement me tient à coeur, parce qu’il tente de résoudre un énorme problème. Pendant qu’on débat en Suisse de l’avenir du ski, la disparition des glaciers menace des vies humaines ailleurs : dans le monde, de nombreuses populations sont tributaires de réserves d’eau sous forme de glace. »

https://www.innosuisse.ch/content/inno/fr/home/resultats-et-impact/exemples-des-activites-de-soutien/projets-dinnovation/enneigement-independant-du-sol.html